Congrégation

Qui sommes-nous

Dominicaines de Notre-Dame du Rosaire de Monteils, nous sommes une congrégation religieuse de droit pontifical, fondée à Bor, dans Aveyron en 1850 et affiliée à l'Ordre de Saint Dominique en 1875.












Histoire

La Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Rosaire de Monteils est née par la grâce de Dieu, par la demande insistante et la prière de Bor curé de la paroisse, le père Jean Pierre Gavaldà. Rendue officielle le 30 Mars 1850, par Jean François CROIZIER, évêque de Rodez, sud de la France, dans le département de l'Aveyron.

À Bor, comme dans les villages voisins, à cette époque-là, les enfants grandissaient sans instruction. Le taux d'analphabétisme est trop élevé et cela inquiète le Père Gavalda. Pasteur Zélé, il a pris la formation religieuse de ses enfants préférés, et l'a fait à la perfection. Mais ce n’était pas assez.

Préoccupé par le manque d'éducation, il a ouvert avec son argent, une école pour les garçons et une autre pour les filles. Ces écoles prises en charge par les hommes et les femmes religieuses venant d'autres endroits ont connu un début prometteur, mais en peu de temps, de difficultés sérieuses ont provoqué la sortie des frères de Saint-Viateur et de Sœurs de la Sainte Famille de Villefranche.

Que faire pour continuer le travail de l'éducation commencé et si important ? Zélé, courageux et obstiné à la recherche du bien, le Père Gavalda a commencé à alimenter le coeur d'un autre projet: fonder une communauté avec des jeunes filles de la région, el que lui-même formerait en conformité avec les besoins de sa paroisse. De cette façon ses écoles pourraient fonctionner comme il le désirait.

Sa nièce, Virginie Gavalda, une fille intelligente, polie et qui avait l’ idée de se faire religieuse, vivait près de lui. Certaines filles de la paroisse voulaient elles aussi se consacrer à Dieu. Ce serait donc difficile de fonder un couvent afin de faire fonctionner une école, se demandait le Père Gavalda. Avec le soutien de son frère, le père Jean François, Virginie a accepté l'invitation de son oncle à se joindre au projet de la fondation d'une communauté religieuse. Dans le même moment, le Père Artières, un parent de l'abbé Gavalda, lui a apporté une bonne nouvelle en disant: votre nièce Alexandrine avait exprimé le désir de se consacrer à Dieu. Le projet n’était plus seulement un rêve. Ces deux jeunes gens seraient la colonne principale de la communauté. Elles seraient les fondatrices de l'Institut. Il a alors envoyé ses deux nièces, à la formation dans la communauté religieuse des Sœurs de Notre-Dame, à Saint Julien d’ Empare.

Quand elles ont pris l'habit religieux, Virginie est devenue Sœur Marie Joseph et Alexandrine, Sœur Marie Anastasie. Après six mois de formation, à l'insistance de l'abbé Gavalda, elles sont retournées à Bor le 31 décembre 1849 et le lendemain, avec le début des classes, commence la fondation. Avec le privilège de l'âge, Sœur Marie Joseph qui a été nommé Supérieure à 24 ans; Sœur Marie Anastasie est restée responsable de l'école à l'âge de 17 ans. Le 8 octobre 1851, fête de Notre-Dame du Rosaire, Sœur Anastasie a été nommé maîtresse des novices et elle était déjà considerée l'âme de la communauté. La sœur Marie Joseph n’était pas née pour la vie religieuse. Peu à peu, c’était évident qu'elle n’avait pas la conviction de sa vocation. La situation s’est aggravée avec les années, jusqu'à sa sortie du couvent en Septembre 1862. La Mère Anastasie avait l’âge de 29 ans quand, avec la sortie de sa compagne, s’est rencontrée à la direction de l'Institut. Le 10 Octobre 1862, elle a été nommé par ses sœurs comme prieure de la Communauté, de laquelle elle était, dès le début la véritable mère. L'année suivante, à la fête de Notre-Dame du Rosaire, elle a fait ses vœux perpétuels avec un premier groupe de huit sœurs. C’était la fondation de la Congrégation de Saint-Rosaire.

Anastasie avait toujours des objectifs clairs. Elle a cherché à faire régner les principes de la pauvreté, comme meilleur outil pour une vie spirituelle profonde. Elle donnait, toujours l’ exemple parfait de charité, d'obéissance au projet, de la prière, elle recherchait en Dieu la lumière nécessaire pour avoir une vision claire et précise de la réalité, en unissant la contemplation et l'action.

"Bor est devenue ainsi une terre de Dieu, un chemin de son royaume, où la volonté du Père était accomplie." Un peu plus tard, le couvent devient étroit pour accueillir le grand nombre de jeunes attirées par la vie sainte des Sœurs, admirant sa vie régulière, sa belle liturgie.

La réputation des Sœurs est également venue de la compétence professionnelle indispensable, requise par Anastasie. Ce n’était pas seulement dans le domaine de l'enseignement, étant activité principale, mais elles ont été marquées par une grande ouverture sociale, et préparées pour le soin des malades, qu’elles effectuaient à travers des visites aux familles. Le couvent était toujours ouvert pour accueillir.

Les demandes des maires, des pasteurs et autres, faisaient multiplier les communautés. Sa confiance illimitée dans la Providence et le droit de faire la volonté de Dieu, éclairci par Anastasie la nécessité de partir pour de nouvelles bases: «L'expansion d'une famille religieuse est la meilleure preuve de sa vitalité."

La première étape c’ est Monteils et puis multiplier les fondations qui se produisent dans les pays voisins de la France: l'Italie, la Belgique, la Bulgarie.

En 1885, la Congrégation, après quelques hésitations, prévoyance et préparatifs, se sentait assez fort pour traverser l'Atlantique, à la demande de l'Ordre dominicain, et de déployer au Brésil. C’était un premier groupe de six sœurs qui s’est installé à Uberaba. Les Sœurs étaient logées dans l'ancienne Sainte Maison de Miséricorde(Santa casa de Misericórdia), où le couvent et le collège, sous la protection de Notre-Dame- des- Douleurs. Là, les Sœurs se sont consacrées à l'éducation et aux soins des malades, compromis qu’elles avaient assumé depuis le début de la fondation de la Congrégation. En 1895, les sœurs ont quitté la Sainte Maison et se sont installées au Collège. Les sœurs qualifiées comme infirmierères ont continué de fournir les soins aux malades.

De nouvelles fondations ont été réalisées: 1889, Ville de Goias / GO; 1902 Conceição do Araguaia / PA; 1904, Porto Nacional / GO; 1910 Formosa / GO. Ce fut le début de la multiplication de petites et grandes fondations.

L'organisation des communautés religieuses était sous la juridiction du gouvernement général de la Congrégation jusqu'aux années 40 quand on a créé le Brésil régional (Regional Brasil), donnant le premier pas vers la décentralisation du gouvernement.

En Novembre 1960, les grandes distances entre les maisons, ont conduit le gouvernement général à créer deux régionaux: Regional São Paulo et Regional Brasilia, non pas avec l’intention de fragmenter, mais pour faciliter un ensemble de gouvernement.

Le 21 Septembre 1970, la Congrégation a reçu l'autorisation de créer trois provinces: une en France et deux au Brésil, qui sont devenues plus tard seulement ici, trois. En France, une autre province a également été créé et aussi un Vicariat au Vietnam.

Le Regional São Paulo a reçu la dénomination de Province Notre-Dame- du- Rosaire.

Mission

La mission est enracinée dans le Verbe incarné que: nous révèle l'amour du Père. Assumer les valeurs humaines dans la réconciliation avec Lui . Nous libère par sa Pâques. Il réunie, dans l'unité de l'esprit, le nouveau peuple de Dieu.

Nous sommes conscients que la mission est l'essence même de la vie religieuse dominicaine qui est appelée pour proclamer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ par la prédication de la Parole et par le témoignage prophétique de notre vie personnelle et communautaire dans la variété des situations, des circonstances et des structures, en différents temps et lieux.

Dans ce sens, nous cherchons, à travers nos activités éducatives, sociales, pastorales et dans le domaine de la santé, promouvoir les droits de chrétien, avec une attention particulière à la jeunesse et aux pauvres, se efforçant de lutter contre toutes formes de discrimination.

"Etre dominicaine c’est, en fait, être consciente à la conduite et au sens des événements et discerner la nouveauté de Dieu dans la culture, les aspirations et dans les rêves de l'humanité" (Atos XXVII Cap général -. Père Josaphat).

Administration Générale

Sœurs Cleonice Cardoso - Orieure générale (Province de Notre-Dame du Rosaire)

Sœurs Pascale Marie Rebeyrolle - Conseillère générale Vicaire (Province Lacordaire)

Sœurs Rejane de Paiva - Conseillère générale (Province de Notre-Dame du Rosaire)

Sœurs Marie-Thérèsa Kim Soon OK - Conseillère générale(Province de France)

Sœurs Maria Eugenia Ribeiro Silveira - Conseillère générale (Province Mère Anastasie)
Copyright © 2014 VIVERE